Quand l’égalité homme-femme devient la cause des élèves T TCVA

ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ

La classe de Terminale TCVA s’est impliquée durant cette année scolaire sur l’organisation d’un événement qui a animé le lycée durant une semaine : défendre l’égalité entre les hommes et les femmes. Piloté par l’éducation socioculturelle, ce projet a été enrichi par l’intervention d’un artiste musicien qui a permis aux jeunes la création collective d’un voxbox sur ce thème engagé, et le dépassement de soi en le représentant sur scène.

 Mais que se passe-t-il ? C’est par la surprise que débuta, le 8 mars, la semaine de l’égalité entre hommes et femmes. En effet, les garçons sont arrivés au lycée en jupe. L’idée était de déclencher le débat sur les inégalités hommes-femmes dans la vie quotidienne.

Puis, la semaine s’est poursuivie avec de nombreuses animations.

Qui est prêt(e) à bousculer les clichés en relevant le défi ? Crystal, Emilie, Victoire ont proposé aux filles de planter des clous et aux garçons de se mettre du vernis à ongle.

Vous avez dit sexisme ? Tous les midis, Karen, Caroline et Cynthia nous ont fait rire avec leur représentation théâtrale.

Une exposition a également soulevé la diversité des inégalités dans le monde du travail et de l’éducation.

D’autres élèves, avec le soutien du centre de panification familial de la Tour du Pin, sont allés à la rencontre d’autres classes, pour les sensibiliser aux violences faites aux femmes, et des cinéastes en herbe leur ont présenté leur court métrage.

Enfin, cette semaine s’est clôturée en musique. La classe a bénéficié d’une intervention de David Honneger du groupe Mû. Les jeunes ont créé un voxbox engagé, « Faut que ça change ! » qu’ils ont pu montrer aux autres élèves du lycée puis sur scène aux Abattoirs de Bourgoin-Jalllieu.

Extrait à voir à 1min14 en cliquant sur ce lien :

https://www.youtube.com/watch?v=YEKVF_eVZXc

« Ce projet nous a permis de prendre des responsabilités. Il faut savoir prendre des risques pour évoluer.  Aller vers les autres et se confronter à ce qu’ils pensent en fait partie »  Emilie

 « Je ne pensais pas le sexisme aussi présent dans la société. On a participé à faire évoluer la façon de penser et d’être des gens, auprès d’autres jeunes, en devenir, … Les efforts sont à poursuivre ! » Gabriel

 Avec le soutien de la Région Auvergne Rhône-Alpes