CAPA2 – La Seconde Guerre mondiale : entre Collaboration et résistance

Cette année, c’est autour de la thématique « Lyon, entre Collaboration et Résistance » que les élèves de CAPa 2 ont découvert (ou redécouvert) certains lieux chargés d’histoire.

L’hôtel Terminus
L’hôtel Terminus

 

Situé à proximité de la gare Perrache, l’hôtel a été utilisé par la Gestapo

Le 11 novembre 1942, l’Hôtel Terminus est réquisitionné par les autorités allemandes et devient le siège de la Gestapo. Le docteur Knab en est le chef. Il est entouré de quatre assistants, dont Klaus Barbie, rebaptisé le « boucher de Lyon ».

Brasserie Georges
Brasserie Georges

 

La célèbre brasserie Georges présente un atout majeur : elle est située à proximité de la gare Perrache

Ouvert en 1836, cet établissement est, pendant la Seconde Guerre mondiale, un important lieu de rencontre. Après l’invasion de la zone Sud, les Nazis en font une sorte de lieu de détente pour les soldats allemands.

Veilleur de pierre
Veilleur de pierre

Le « Veilleur de pierre », 10 place Bellecour, commémore l’un des épisodes les plus tragiques de l’Occupation à Lyon

Peu de personnes visitant Lyon s’arrêtent devant ce monument situé au coin d’une rue donnant sur la place Bellecour. En représailles à un attentat commis au café du Moulin, les Allemands exécutèrent ici 5 prisonniers qui n’avaient rien à voir avec cet attentat. . Le « Veilleur de pierre » est un mémorial rappelant cet assassinat du 27 juillet 1944.

Café
Café

De nombreux cafés ont abrité les rencontres entre résistants.

Sous l’Occupation, les cafés lyonnais ont été le lieu de nombreuses rencontres entre résistants. On choisissait sa place avec soin (« voir sans être vu »), redoutant les arrestations organisées par la Gestapo puis la Milice (auxiliaire français des Allemands dans la chasse aux résistants et aux juifs).

Croix Rousse
Croix Rousse

 

Les « Pentes de la Croix rousse », un vrai labyrinthe …

Avec ses petites rues sombres et les traboules de la Croix-Rousse qui permettent de rejoindre la Presqu’île à couvert,                                                                                       Lyon a tout d’une cité mystérieuse. La parfaite connaissance des lieux donne aux résistants lyonnais un sérieux avantage !

Plaque commémorative
Plaque commémorative

 

Plaque commémorative : l’arrestation de Jean Moulin le 21 juin 1943

Jean Moulin a passé un an et demi à Lyon pour y organiser la résistance. Il fréquente les cafés, les bouchons et construit tout un réseau social dissident. Changeant souvent d’identité et d’appartement pour des raisons de sécurité, il est finalement trahi et arrêté à Caluire, dans la maison du docteur Dugoujon.

Prison
Prison

Prison de Vichy, puis prison nazie …

Prison militaire construite en 1921, la prison de Montluc est célèbre pour avoir été un lieu de détention pendant la Seconde Guerre mondiale. Dès juillet 1940, la prison est utilisée par le Gouvernement de Vichy pour y interner les « ennemis de la France de Vichy » (communistes, résistants, …).  A partir de janvier 1943, la prison est finalement entièrement réquisitionnée le 17 février 1943 et les autorités françaises sont évacuées. La prison devient alors une prison militaire allemande, progressivement gérée directement par Klaus Barbie, le boucher de Lyon.

 

Dans le métro, puis au resto … 2020 !